Vous êtes ici: UNIL > HEC Inst. > HEC App. > HEC_SSL > Actualités et agenda > Actualités > 2016 > Les projets de cinq étudiant·e·s sélectionnés dans le cadre de la Clinton Global Initiative University (CGIU)
Français | English

Les projets de cinq étudiant·e·s sélectionnés dans le cadre de la Clinton Global Initiative University (CGIU)

Cinq étudiant·e·s de la faculté des HEC (UNIL) ont été sélectionnés par le service des Relations internationales de l’UNIL dans le cadre de la CGIU. Leurs projets respectifs témoignent de leurs talents entrepreneuriaux et de leur fibre durable et sociale. Rencontre avec ces étudiant·e·s ambitieux, à qui s’ouvrent des horizons prometteurs.

A la rencontre de Bill Clinton

Kelly Ruso, Antonia Ngavozafy, Thomas Rouaud, Clara Messier et Bastian Zarske Bueno. Ces cinq étudiant·e·s de HEC Lausanne ont récemment fait partie de la délégation de l’UNIL qui s’est rendue aux USA pour la rencontre annuelle de la CGIU en avril dernier. Outre la possibilité de rencontrer – en personne –  l’ancien président des USA, Bill Clinton et de réaliser quelques selfies avec lui,  ils ont pu réseauter avec leur pairs (1’200 étudiant·e·s) d’autres universités et participer à un programme de sessions avec des expert·e·s des domaines visés par la CGIU. Ces derniers regroupent entre autres l’éducation, l’environnement et les changements climatiques, la paix et les droits de l’homme, la réduction de la pauvreté et la santé publique. De quoi inspirer nos cinq étudiant·e·s dans le cadre de leurs propres projets, pour lesquels ils ont d’ailleurs été félicités par Bill Clinton!

Une grande diversité de projets

Leurs projets, individuels ou de groupe, ont été retenus par le jury de la CGIU selon des critères reposant sur leur aspect novateur, la mesurabilité de leur succès et leur spécificité. Chacun des projets bénéficie d’une bourse de lancement, à hauteur de 1'000 CHF, un soutien indispensable pour bien démarrer!

Kelly Russo est diplômée de Bachelor à HEC Lausanne et a récemment remporté, avec son équipe, la finale nationale suisse du KPMG International Case Competition. Elle s’engage à créer un centre de formation pour les femmes au Burundi. Objectif: les aider ainsi à développer des compétences dans la fabrication de tissus et de textiles. Le processus implique également un programme de mentorat pour permettre à ces femmes de devenir autonomes, tout en les informant des opportunités existantes sur le marché. Le succès sera mesuré par l’épanouissement personnel de ces femmes et le nombre d'emplois créés sur place, au Burundi.

Le projet d’Antonia Ngavozafy, étudiante en Master en économie à HEC Lausanne, consiste quant à lui en la création d’une marque socialement responsable de vêtements faits sur mesure, fabriqués par des femmes malgaches. Cela implique un programme de formation qui soutient les femmes célibataires et les mères seules ayant des compétences en couture. Le succès sera mesuré par le nombre de participantes ayant effectué la formation, l'étape suivante consistant à lancer l’atelier de couture. Le marché visé est la Suisse en premier lieu, puis l'Europe à plus long terme. Le projet sera viable si les revenus générés permettent aux femmes d'être financièrement indépendantes.

Bastian Zarske Bueno, ancien étudiant en échange à HEC Lausanne, s’implique de son côté dans un projet environnemental de valorisation énergétique. Il a constaté que le nombre et la taille des énormes centres de données (« data centers ») augmente chaque jour de manière fulgurante et qu’en parallèle, la consommation d'énergie des plus grandes entreprises de IT dans le monde monte en flèche. Son projet vise à utiliser la chaleur des grands centres de données dans le but de gagner de l'énergie pour les ménages et les entreprises manufacturières.

Effectuant leur Bachelor à HEC Lausanne, Thomas Rouaud et Clara Messier, font respectivement partie des associations AIESEC et oikos, qui prônent le bénévolat et le développement durable. Ils souhaitent quant à eux construire une école communautaire primaire pour les enfants dans le bidonville de Mukuru à Nairobi (Kenya). Ce projet vise à fournir un complexe d'éducation durable appropriée, comprenant des sanitaires et un accès à l'eau potable. Ce dernier s’autofinancerait par le biais des revenus des maisons louées pour les communautés locales. "Notre idée est donc, plus largement de promouvoir un nouveau modèle économique d'école "sustainable" et auto-financée"précise Thomas, qui a construit de solides relations avec des partenaires locaux au Kenya. Ils vont l'aider à atteindre ses objectifs grâce à leur parfaite connaissance du terrain et leur capacité à progresser sur la réalisation du projet, tandis que Thomas se rapprochera de donateurs potentiels en Europe.

La faculté souhaite une bonne suite et le plein succès à Kelly, Antonia, Bastian, ainsi que Thomas et Clara dans leurs projets respectifs!


Liste des annonces]
 
Recherche


                                            




Internef - CH-1015 Lausanne - Suisse - Tél. +41 21 692 33 00 - Fax +41 21 692 33 05