Vous êtes ici: UNIL > HEC > Actualités et agenda > Agenda > 2017 > Conférence Walras Pareto - Innover pour croître : Défis, limites et opportunités
Français | English

Conférence Walras Pareto - Innover pour croître : Défis, limites et opportunités

Date:  2 mai 2017

Heure: 

De 18h00 à 20h00

Lieu: 

Anthropole 1031


Motivation

Les pays développés ont eu recours à l’innovation technologique comme moteur de croissance afin de palier à un désavantage comparé en termes aux coûts de main-d’oeuvre par rapport aux pays en voie de développement. C’est particulièrement vrai dans le cas de la Suisse qui consacre une part importante du PIB à la formation tertiaire de la main-d’oeuvre, ainsi qu’à la recherche et développement, tout en encourageant l’implantation de pôles d’innovation (e.g. sur l’Arc Lémanique).

Le lien positif entre l’innovation et la croissance est bien répertorié dans la litérature économique (e.g. Théorie de la croissance endogène). Toutefois, certaines limites sont également identifiables qui réduisent la portée de ce lien. En particulier, elles impliquent que les pays supportant les coûts de l’innovation n’en retirent pas nécessairement tous les bénéfices. En d’autres termes, le lien entre innovation et croissance n’est pas aussi important qu’on pourrait le croire. Nous énumérons quelques-unes de ces limites afin d’étayer la discussion.

 

Innovation et biens publics

La production de connaissances induites par l’innovation présente des caractéristiques de biens publics. Ainsi, en l’absence de lois claires sur la propriété intellectuelle, les connaissances peuvent être soit copiées directement, soit déduites de l’analyse du produit final (i.e. reverse engineering). Cet élément implique que des pays n’ayant pas participé aux coûts de R&D peuvent profiter des bénéfices productifs qu’ils apportent (effet de resquillage) et que les pays ayant financé le R&D n’en retirent qu’une partie des avantages.

 

Innovation et mobilité de la main-d’oeuvre

L’investissement considérable en éducation tertiaire que la Suisse et d’autres pays effectuent peut se révéler non-profitable en présence de mobilité internationale de main-d’oeuvre si les gradués universitaires se déplacent. Il est toutefois à noter que ce phénomène peut également jouer en faveur de la Suisse si des travailleurs hautement qualifiés et formés à l’extérieur viennent s’établir ici.

 

Innovation et balance commerciale

Tout comme dans le cas de la main-d’oeuvre, la mobilité du capital peut influencer les rendements sur les dépenses d’innovation. Par exemple, les pays développés en situation de déficit de la balance commerciale sont également en affaiblissement de leur position financière nette. Ceci permet aux contreparties d’acquérir des titres financiers domestiques. Cette acquisition peut également entraîner un accès privilégié aux technologies développées dans les pays riches. C’est notamment le cas de l’industrie automobile où des prises de positions financières chinoises et indiennes (e.g. Peugeot, Volvo, Jaguar, Land Rover) permettent un accès facilité aux technologies de pointe européennes.

 

Innovation et gagnants vs perdants

Tout processus d’innovation technologique implique habituellement des gagnants et des perdants. Ainsi, on anticipe que les ressources productives sont déplacées des secteurs moins performants vers ceux dont la productivité s’est accrue (e.g. processus de Création destructrice). La théorie prédit que les effets nets sont néanmoins positifs et que le processus est potentiellement Pareto-Supérieur (i.e. après compensation des perdants). En pratique toutefois, plusieurs freins à cette compensation existent (e.g. Logique de l’Action Collective) et peuvent créer des oppositions fortes à l’innovation. En d’autres termes, des innovations propices à la croissance peuvent être mises en péril par l’opposition des groupes qui en ressortent désavantagés.

 

Objectifs de la conférence

L’objectif de la conférence est de permettre un état des lieux de l’étude des limites, défis et opportunités régissant l’innovation et la croissance. De part son expertise dans le domaine, le Prof. Aghion (page web) est particulièrement bien placé pour brosser un portrait exhaustif de la frontière de recherche dans ce domaine.

 

Nous espérons également susciter un dialogue avec les milieux politiques, financiers, et des affaires. À cet effet,  la présentation du Prof. Aghion sera suivie par une discussion avec des panélistes issus des trois milieux.

 

De plus, afin d’étayer les retombées de cet évènement,  la conférence prendra un format grand public, plutôt que spécialisé et favorisera un accès large à la population estudiantine et générale de la région lausannoise.

 

Organisation Conférence Walras-Pareto

 

·         Date : mardi 2 mai 2017, 18h00-20h00

·         Lieu : UNIL, Salle ANT-1031

·         Déroulement :

o   17h30-18h00 : Accueil des participants.

o   18h00-18h45 : Présentation Prof. Aghion.

o   18h45-20h00 : Discussion avec panel.

o   20h00-20h30 : Cocktail.

·         Modérateur de la conférence : M. Patrick Fischer, TTC-RTS, (confirmé),

·         Composition panel (participation confirmée, 8 février 2017):

o   Affaires, Financement R&D, Mme Marilyn Mermod-Schule, CFO Sophia Genetics.

o   Promotion innovation CH : M. André Kudelski, Président InnoSuisse.

o   Politique CH : M. Fathi Derder, Conseiller PLR.

o   Politique VD : M. Philippe Leuba, Chef Dépt. Economie VD-





Agenda HEC]
Rechercher:
 
 
Internef - CH-1015 Lausanne - Suisse - Tél. +41 21 692 33 00 - Fax +41 21 692 33 05